Accueil du site > Newsletter > FOCUS > Nouvelle statue : "L’Été" d’Aristide Maillol

Nouvelle statue : "L’Été" d’Aristide Maillol

L’Été d’Aristide Maillol, mis en dépôt par le musée Maillol, est un des nouveaux joyaux du jardin du Prieuré. Cette œuvre majeure, d’un charme envoutant, vient compléter un parcours statuaire déjà riche, qui compte notamment plusieurs pièces d’Antoine Bourdelle.

Une profonde fraternité artistique a lié Maurice Denis et Aristide Maillol, qui se sont encore rapprochés au moment de l’installation du sculpteur à Marly-le-Roi, dans le voisinage de Saint-Germain-en-Laye, en 1903. Le peintre admirait infiniment l’œuvre de son ami, dont il a soutenu l’activité en favorisant certaines commandes. Ainsi, lorsque le collectionneur russe Ivan Morosov lui demanda d’orner son salon de musique moscovite, Denis qui en réalisait le décor peint suggéra de compléter l’ensemble par des statues placées aux angles de la salle : ce seront les quatre saisons de Maillol, aujourd’hui conservées au musée Pouchkine à Moscou.

Pour concevoir ses statues en pied, Maillol avait coutume de travailler d’abord le buste, puis d’y ajouter tête, jambes et bras, selon les exigences de ses commanditaires. Si L’Été achevée pour Moscou possède des bras – tel l’exemplaire installé à Paris dans le jardin des Tuileries – celle déposée à Saint-Germain est un tirage réalisé à partir de la version sans bras, admirée par Denis dans le jardin de Maillol en 1911. Maillol affirmait : « Mais il n’y a pas de statue où les bras ne gênent pas. Quel sculpteur oserait même imaginer des bras à la Vénus de Milo ? »

La statue a pris place sur le théâtre de verdure, sous les grands marronniers. Sa patine vert foncé s’harmonise à merveille avec son environnement dans lequel elle se fond véritablement. L’emplacement choisi répond parfaitement à la volonté exprimée par l’artiste au moment de la conception de l’œuvre : « Je voudrais faire, cette fois, une femme vue comme à travers une lumière tamisée, une statue qui ne s’impose pas à l’œil. [….] je voudrais qu’on ne la voie que quand on veut bien la regarder, tenez, comme les arbres : on voit un arbre quand on le regarde, mais quand on ne le regarde pas, il ne s’impose pas. Les statues de Phidias [le plus célèbre des sculpteurs antiques grecs] sont comme les arbres : elles se fondent dans la nature. »

Le Musée se félicite de l’arrivée de cette œuvre de Maillol, auquel le musée d’Orsay consacrera une grande rétrospective l’année prochaine.

Pour en savoir plus : rendez-vous autour de l’œuvre, avec Fabienne Stahl, samedi 19 juin à 16h30.

Enregistrer au format PDF Imprimer au format PDF




Inscription à la newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information du Musée départemental Maurice Denis. Vous pouvez utiliser le contact de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et de vos droits.

La newsletter donne chaque mois des informations sur l’actualité et les activités proposées par le musée. Pour la recevoir, inscrivez votre adresse e-mail ci-dessus

__________

Musée départemental
Maurice Denis

2 bis, rue Maurice Denis
78102 Saint-Germain-en-Laye cedex

01 39 07 87 87

Jours et horaires d’ouverture

Musée actuellement fermé


Portail des collections



Correspondances du musée



Visite virtuelle du Musée





Suivez-nous sur